Un Guide de Haute Montagne en Camargue ???
Ascension de l’Ama Dablam

 

Qu’a donc bien poussé un Guide de Haute Montagne à venir s’installer en Camargue, une des régions les plus plates qui soient? Quelle mouche (ou plutôt quel moustique) a bien pu le piquer?
“Tout d’abord, la Camargue n’est pas le “plat pays”, nous sommes ici en Provence et les origines d’Hervé (né à Marseille de mère bas-alpine) ont bien fini par refaire surface.
On peut trouver plein de raisons qui remontent à l’enfance, mon grand-père était santonnier et les traditions en Camargue et en Pays d’Arles ont l’air d’avoir la peau dure.

Et peut-être aussi  que mon premier souvenir marquant est sans nul doute une grande (parce que d’abord quand on est “petit” tout est grand) image de Camargue…
Une plage immense et sauvage, une course camarguaise, des cris, une 4L blanche (nous sommes au début des années 60).
C’est en fait en Camargue que naîtront mes premières vocations d’aventurier.
Mes parents me l’ont souvent raconté (et sans doute enjolivé, comme on sait le faire à Marseille).
Assistant à une course camarguaise aux Saintes Maries de la Mer, j’ai échappé à la vigilance de mes parents (je devais avoir 3/4 ans) et je me suis retrouvé au milieu de l’arène à 4 pattes affrontant un jeune taureau.
Au grand dam de mon père qui a du malgré lui aller me sauver au milieu des applaudissements d’un public tout acquis à ma cause!

… A vrai dire, cela faisait un petit moment que nous cherchions un bien qui correspondait à notre projet.
Le champ de nos recherches était vaste : la Provence.
Nous avons visité pas mal de trucs plus ou moins grands, quelquefois même assez loufoques. Rien à faire, nous n’arrivions pas à réunir tous les critères.
De beaux paysages, du terrain, une belle bâtisse qui pourrait nous permettre d’ouvrir notre maison d’hôtes…

Et puis un beau jour, sur le papier (à travers photos et descriptifs d’agence sur le Net) nous pensions avoir trouvé notre bonheur. Tout y était : la Provence, la proximité de sites culturels, de falaises pour la grimpe, les festivals, une belle petite ville alentour. Malheureusement, la proximité d’une usine dérangeante a vite fait tourner court nos aspirations. Mais puisque nous étions là, pourquoi ne pas visiter le Mas Montredon nous propose-t-on…
Et là, le coup de coeur! Celui qu’on n’attendait plus. Notre décision a été immédiate.
Et nous voilà dans ce magnifique pays, à la beauté sauvage qui me convient on ne peut mieux.

De nouvelles aventures m’attendent depuis notre Camp de Base, je suis et reste Guide ici ou ailleurs!”

Hervé Pichoux, Guide de Haute Montagne

Share Button


Article suivant
>>